Charlotte Hutin, « Le Soir », 10 avril 2021

D’après les derniers chiffres communiqués par la task force Vaccination, l’adhésion de la population est plus élevée en Flandre qu’en Wallonie et à Bruxelles chez les personnes âgées de plus de 85 ans.

Dans les trois régions du pays, la campagne de vaccination a pris un coup d’accélération cette dernière semaine. Près de 19,5 % des personnes de plus de 18 ans ont reçu leur première dose selon l’institut scientifique de santé publique, Sciensano. De quoi hisser la Belgique dans le top dix des pays européen – une première qui mérite d’être saluée. De ce côté, la Wallonie et la Flandre sont au coude à coude. On note même une légère avance dans le sud du pays – 20,3 % contre 19,4 % pour la Flandre. La région bruxelloise semble un peu à la traîne avec 15,4 %. Rassurons-nous, cette différence a son explication. « Bruxelles possède une forte densité en hôpitaux et en structure de soin. Elle a donc essentiellement vacciné des résidents et des professionnels de soins de santé. Or, les travailleurs résident, pour un grand nombre, dans les deux autres régions du pays », explique Sabine Stordeur, coresponsable de la task force vaccination.

En y regardant d’un peu plus près, des différences existent tout de même entre les régions. Des différences qui pourraient avoir un impact sur l’immunité collective. Toujours selon des données diffusées ce vendredi par Sciensano, 89,1 % des plus de 85 ans ont été vaccinés en Flandre. Ils sont 79,4 % en communauté germanophone, et respectivement 68,4 % et 66,8 % en Wallonie et à Bruxelles. « L’adhésion de la population est plus élevée en Flandre », affirme Sabine Stordeur. « A Bruxelles et en Wallonie, l’adhésion chez les plus de 85 ans n’atteint pas les 75 % souhaités. »

Disparité grandissante

Si l’intention vaccinale nationale est relativement stable (68 % en mars, contre 68 % en février et 70 % en janvier), cette disparité Nord-Sud semble se creuser depuis le mois de mars. Lors du dernier baromètre de motivation des Belges du groupe Psychologie et corona duquel Le Soir et Sud Presse sont partenaires, la motivation à se faire vacciner était de 73 % en Flandre, et de 63 % en Wallonie. Les experts expliquent ce tassement côté francophone par une perte de confiance envers les autorités politiques.

En raison de cette moindre adhésion et de la structure de la population – la moyenne d’âge est plus élevée au nord de la frontière linguistique, la Wallonie et Bruxelles ont déjà commencé à vacciner les 65-74 ans alors que la Flandre en est toujours à vacciner ses 75-84 ans. Reste à voir, dans les prochaines semaines, si cette tendance se confirme dans les autres tranches d’âge.

Laisser un commentaire