Le 22 mai dernier, Olivier de Wasseige, le patron de l’Union wallonne des Entreprises (UWE), livrait à Stéphane Tassiçn de « La Libre » ses impressions quant au conclave budgétaire wallon. « Il y a encore beaucoup de gras dans les finances wallonnes », soulignait-il.

Sur le site de « Doorbraak », Christophe Degreef revient sur le sujet avec un article intitulé « Génération 2024 pourrait éteindre la lumière » (Génération 2024 mag het licht uitdoen ».
Il nous paraît utile de le reprendre ici.
Le gouvernement wallon pense avoir été plus malin que les agences de notation internationales. Avec un effort budgétaire de plus de 800 millions d’euros, elle parvient à rester sous la limite symbolique d’un déficit de 4 milliards d’euros cette année. Cependant, personne ne sait d’où viendront les recettes. Après 2024, la situation financière de la Wallonie continuera de toute façon à se détériorer, même sans augmentation des charges d’intérêt.
Continuer la lecture

On trouvera ici la tribune de Jules Gheude, publiée sur le site du « Vif, le 19 mai 2022 (la rédaction en a modifié le titre : Publié sur le site du « Vif », le 19 mai 2022 (la rédaction en a modifié le titre : « Les communes wallonnes vont connaître la faillite les unes après les autres »Continuer la lecture

L’essayiste Jules Gheude avance que les prochaines élections législatives pourraient être les dernières en Belgique. Et après, qu’est-ce qu’on fait ?
Le scénario est remis sur la table environ tous les cinq ans. La Belgique implose, la Flandre prend son envol et la Wallonie est rattachée à la France. Comme une histoire de croque-mitaine répétée à foison pour effrayer les derniers Belgicains. Ces dernières semaines, c’est Jules Gheude, un essayiste rattachiste (en faveur du rattachement Wallonie-France) qui s’est répandu dans la presse franco-belge pour annoncer l’inéluctable : en 2024, la Belgique cessera d’exister. Il faut se préparer !Continuer la lecture

En Flandre, selon le sondage du « Standaard » et de la VRT, le grand parti dominant du XXe siècle dégringole à la dernière place, derrière le PVDA (PTB). Le Vlaams Belang reste en tête mais décline. « Le Soir », Bernard Demonty, 6 mai 2022  Ce n’est qu’un sondage, comme on dit toujoursContinuer la lecture

GeWIF

Depuis 2010, la Belgique a vécu deux crises politiques majeures, qui ont rendu la formation d’un gouvernement fédéral extrêmement difficile. Le fossé entre la Flandre et la Wallonie n’a cessé de se creuser et tout indique que la mise sur pied d’une 7ème réforme de l’Etat, programmée pour 2024, relèvera de la quadrature du cercle, tant les positions du Nord et du Sud sont opposées.

Le problème belge se résume en fait à une chose : la Flandre est devenue une Nation qui n’aspire qu’à revêtir les habits d’un Etat souverain. Continuer la lecture

Nous reproduisons ici l’analyse de William Bouron publiée dans « Le Soir » du 8 avril 2022 : https://www.lesoir.be/434999/article/2022-04-08/election-presidentielle-2022-belgique-france-je-taime-moi-non-plus La France, sa géographie, son patrimoine architectural, sa gastronomie, son climat, etc., poussent chaque année des milliers de Belges à franchir la frontière sud. Mais les « débats d’idées » hexagonaux – une catégorie dans laquelleContinuer la lecture

Nous reproduisons ici la carte blanche de Jules Gheude, publiée sur le site du « Vif », le 4 avril 2022  (https://www.levif.be/actualite/europe/france-la-corse-pourrait-s-en-aller-et-la-wallonie-arriver-carte-blanche/article-opinion-1543627.html) Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer comment la Wallonie pourrait être intégrée à la République française, via un statut particulier de large autonomie qui lui permettrait de conserver l’essentiel deContinuer la lecture

Au sein de la coalition Vivaldi, les ministres Annelies Verlinden (CD&V) et David Clarinval (MR) ont notamment pour tâche de préparer une nouvelle réforme de l’Etat pour 2024, la 7ème.

Du côté flamand, le coeur bat depuis longtemps pour un système confédéral à deux : un Etat flamand et un Etat wallon omnipotents (l’échelon central étant réduit à quasi rien), avec une cogestion qui ne dit pas son nom pour la Région bruxelloise. Continuer la lecture

Bart De Wever

La N-VA redevient le premier parti en Flandre, selon le Grand baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-Het Laatste Nieuws-VTM publié vendredi soir. Avec 23,4% (+1,8 point par rapport à décembre dernier) des intentions de vote, les nationalistes flamands repassent devant le Vlaams Belang (22,2%, -2,3) pour la première fois depuis les élections de 2019. Derrière, on retrouve, stables, Vooruit (14,2%), le CD&V (11,3%), l’Open Vld qui passe sous la barre des 10% (9,8%), le PVDA (8,9%) et Groen (8,4%).Continuer la lecture