On aura remarqué, une fois de plus, l’absence du ministre-président flamand N-VA au défilé militaire organisé à l’ocasion de la Fête nationale.

Pourquoi, en effet, s’associer à la Fête d’un Etat que l’on exècre et dont on souhaite ouvertement la disparition ? Car l’article 1er des statuts de la N-VA n’a pas été modifié : il y est toujours question de la mise sur pied d’une République flamande au sein de l’Europe.
Continuer la lecture

Si la N-VA a toujours prôné une indépendance de la Flandre vis à vis de la Belgique, son président Bart De Wever est allé plus loin ce mardi. Invité de l’émission Trends Talk sur Kanaal Z, le nationaliste flamand a plaidé pour une réunification de la Flandre et des Pays-Bas.Continuer la lecture

Pour l’économiste Etienne de Callataÿ, si des investissements sont évidemment nécessaires suite aux intempéries, il faudra prioriser et arbitrer. Le spécialiste rappelle que le discours politique d’un endettement « à volonté » est dangereux.

Des emprunts seront nécessaires pour reconstruire les zones sinistrées… Mais gare à la banqueroute de la Région wallonne, souligne l’économiste Etienne de Callataÿ.Continuer la lecture

préparation d’une 7e réforme de l’Etat pour 2024 figure à l’agenda de la coalition Vivaldi, coalition dont sont exclus les deux plus importants partis de Flandre, le Vlaams Belang et la N-VA, crédités respectivement de 26,1% et de 21,8% d’intentions de vote selon le dernier Baromètre politique du « Soir ».
Si ces résultats devaient se confirmer au lendemain des élections de 2024 – La Vivaldi tiendra-t-elle jusque-là ? -, cela signifierait que ces deux formations détiendraient ensemble la majorité absolue au Parlement flamand et seraient donc en capacité de concrétiser leur plan séparatiste au départ d’une proclamation unilatérale d’indépendance de la Flandre.Continuer la lecture