On trouvera ici l’analyse de notre ami Jacques Lenain, publiée sur le site du « Vif », ce 4 octobre.

C’est avec intérêt que j’ai pris connaissance de la carte blanche du politologue Vincent Laborderie, intitulée  » Face au séparatisme, l’hypothèse du stand alone bruxellois et publiée sur le site du  » Vif « , le 19 septembre.

Deux paragraphes retiennent plus particulièrement mon attention.

« Pour cela, il faut d’abord admettre qu’un hypothétique État bruxellois – qu’il soit indépendant ou autonome dans le cadre d’une confédération – est tout à fait viable. L’enclavement supposé à l’intérieur de la Flandre ou l’étroitesse de son territoire ne constituent en effet pas un problème dans un contexte européen de libre-circulation. Même dans l’hypothèse, plus qu’improbable, d’une indépendance flamande, personne de sérieux n’envisage qu’elle reste durablement hors de l’Union européenne. »

Ainsi, M. Laborderie feint de croire que l’enclavement territorial de Bruxelles en Flandre – un Etat bruxellois « seul », donc sans la protection de la France… – est un sujet qui ne pose que la question de la « libre-circulation » des personnes, que l’Etat flamand, malgré son hostilité à ce Bruxelles-là, ne pourrait contrarier, du fait des règles protectrices de l’Union européenne !

Voilà bien une conception naïve de l’UE, qui consiste notamment à ne pas voir les comportements « libres » de divers Etats- membres (la Hongrie, la Pologne, l’Autriche, le Danemark, la France aussià la frontière italienne…) en matière d’entraves à la « libre-circulation », comportements que l’UE ne peut contrecarrer !

La Flandre pourrait donc tout à fait gêner la mobilité de certaines personnes « bruxelloises », qu’elle aura « sélectionnées », et ce au fil des années !

De plus et surtout, la Flandre pourrait faire de même avec tous les flux entrants et sortants de Bruxelles (tous les biens physiques, et la liste est très longue, tous les réseaux, y compris ceux des fluides, comme les eaux propres et sales, toutes les données, numériques notamment, etc.) : ses moyens de chantage, massifs et utilisés sélectivement, seraient donc colossaux ! Et des menaces, pour être efficaces, ne doivent pas nécessairement être mises à exécution. Un seul exemple : Bruxelles n’a pas d’aéroport, celui qu’elle utilise est flamand et le sera à 100% avec une Flandre indépendante !

M. Laborderie explique encore :

« Il est évident que, très attachés à la Belgique, les Bruxellois ne sont pas demandeurs d’un tel scénario. Mais l’élaborer de manière crédible permettrait justement de l’éviter, en montrant aux Flamands qu’ils n’ont objectivement rien à gagner à une aventure séparatiste. Pour cela, il importe surtout que Bruxelles s’affirme en tant qu’acteur à part entière dans une telle hypothèse et qu’il soit clairement dit que, si confédéralisme il y a, ce sera un confédéralisme à trois. La vision confédérale de la N-VA deviendrait tout à fait inopérante si la capitale du pays se présente comme autre chose qu’un enjeu entre Flamands et Wallons. Dans une Union européenne à l’économie ouverte et où les conflits territoriaux ont disparu, il n’y a en réalité aucune raison pour que Bruxelles n’envisage pas son avenir seule. Fondamentalement, si des États comme Malte ou le Luxembourg sont

Si la Flandre lâchait Bruxelles avec la Belgique, ce serait avec l’idée que son enclavement en son sein lui permettrait de continuer à la contrôler.

Ni Malte (une île) ni le Luxembourg (trois frontières) ne sont des Etats enclavés, et encore moins au sein d’un Etat hostile ! Et ces entités ont un territoire suffisant pour y exercer toutes les fonctions d’un Etat libre (dont un aéroport…) ! M. Laborderie ne cite aucun Etat « viable » enclavé dans un autre. En fait, iI n’en existe qu’un : le Lesotho (il vient de changer de nom…), enclavé au sein de l’Etat sud-africain et dont le sort n’a rien d’enviable !

Au final, M. Laborderie dit que son scénario « Bruxelles, Etat indépendant » est un argument tactique face à la Flandre. Or, précisément, si la Flandre lâchait Bruxelles avec la Belgique, ce serait avec l’idée que son enclavement en son sein lui permettrait de continuer à la contrôler. Seul obstacle potentiel à cela : la France ! Car ce qui fait hésiter les élites dirigeantes flamandes, c’est que, l’Etat belge une fois en voie de dissolution, la solution d’une Wallonie française deviendra évidente, ce qui amènera l’Etat français à la porte de Bruxelles ! Situation, très inquiétante pour la Flandre, qui n’échappera pas aux Bruxellois, dont beaucoup se demanderont alors : mais pourquoi ne pas faire le même choix « français » que les Wallons ? Car l’alternative pour Bruxelles sera alors bien évidente : être dominée par la Flandre, hostile à son essence « francophone », ou par la France, qui se réjouirait de la conforter ?

Par Jacques Lenain, ex-haut fonctionnaire français, qui réfléchit depuis des années à l’après-Belgique (son essai « Belgique française » : http://www.belgique-francaise.fr/notes-complementaires/jacques-lenain)

Laisser un commentaire