Le long conflit qui opposa en France cléricaux et laïques se solda par la loi du 9 décembre 1905 portant sur la séparation des Eglises et de l’Etat.
Préparé par le très anticlérical Emile Combes, le projet fut ensuite repris de façon moins radicale par Aristide Briand, l’objectif n’étant pas de faire disparaître les Eglises, mais de les séparer de l’Etat.
Voyons ce que stipulent les deux premiers articles.
Continuer la lecture

Un courant ultra-régionaliste existe en Wallonie, qui voit dans la Communauté française un frein majeur à l’affirmation d’une identité wallonne, voire d’un nationalisme wallon. L’idée, ici, est de réformer l’Etat belge sur la base de quatre Régions : la flamande, la wallonne, la bruxelloise et la germanophone.Continuer la lecture

préparer le plan « Get up Wallonia ! », le gouvernement régional a commandé une vaste étude sur l’état de la Wallonie. Pas de langue de bois : les problèmes sont nommés.
Les groupes de travail, le conseil stratégique et le gouvernement régional chargés d’accoucher de « Get up Wallonia », le plan de reprise post-covid, peuvent appuyer leurs réflexions sur une double brique : un audit de 200 pages sur l’état de la Wallonie et une étude de « benchmarking » (150 pages) qui compare cette dernière avec d’autres régions d’Europe.
Le Soir s’est procuré ce double document de référence rédigé par un consortium de consultants réunis autour de PwC.
Continuer la lecture

Une déclaration après la conclusion d’un accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon (indépendantiste) a estimé jeudi qu’il était temps pour la province britannique de devenir une « nation européenne indépendante », après la conclusion d’un accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.Continuer la lecture

La logique d’un Etat fédéral veut que chaque entité fédérée prenne, dans le champ des compétences qui lui sont propres, les décisions politiques qu’elle estime opportunes pour stimuler son économie et assurer le bien-être de sa population.Continuer la lecture

Pour Bart De Wever, 2020 est une année à oublier au plus vite. Il a manqué son rendez-vous avec l’histoire. En été, il était à deux doigts de signer un accord historique avec le Parti socialiste pour arriver au confédéralisme. Mais finalement, ce n’est pas la violette-jaune qui l’a emporté, mais la coalition Vivaldi.Continuer la lecture

On trouvera ici la traduction de l’article de Kamiel Vermeylen de « Knack », 10 décembre 2020 Namur, fin octobre 2016. Christia Freeland est alors la ministre canadienne du Commerce et elle doit retenir ses larmes en informant la presse internationale du veto de Paul Magnette (PS) contre l’accord CETA de libre-éhange.Continuer la lecture

On se souvient des négociations Magnette (PS) / De Wever (N-VA), qui avaient permis aux deux hommes d’envisager une réforme de l’Etat dans le sens confédéral et qui furent aussitôt torpillées par le communiqué du tandem Bouchez (MR) / Nollet (Ecolo) : Nous souhaitons cependant exprimer notre inquiétude en ce qui concerne les projets des missionnaires. Notamment pour ce qui est du volet institutionnel, leur schéma conduit à rendre les institutions plus complexes et moins lisibles: un modèle qui n’est pas le nôtre. Ecolo et Groen, MR et Open Vld veulent évidemment participer à une Belgique qui fonctionne plus efficacement, au service de nos concitoyens et de leurs préoccupations de tous les jours. De telles réformes nécessitent cependant une préparation approfondie et une concertation suffisante.Continuer la lecture